Suite à ses études en arts visuels à l’Université Concordia, Suzanne Cloutier se découvre une passion pour la peinture scénique. Oeuvrant au théâtre (Les Ubs, Le Grand Jeu de la Nuit), à la télévision (La petite vie, Montréal Ville ouverte) au Cirque du Soleil (Saltimbanque, l’opéra Aïda) et sur les plateaux de cinéma (Agaguk, Map of the human heart) elle se spécialisera dans le 7e art. Au milieu des années 90, elle s’intéresse de plus en plus à l’habillage des décors; d’abord décoratrice puis chef décoratrice et conceptrice visuelle, Cloutier a participé à plus d’une soixantaine de films et vidéos québécois et étranger. En 1996, une rencontre déterminante, Anne Pritchard (J’en suis, Time Bomb, The Covenant, Trotsky), deviendra une mentore. Elle devient aussi une collaboratrice régulière de François Séguin (Brooklyn, Lucky Number Slevin, The greatest game ever played, L’Âge des ténèbres). Au cours de ces années, elle explora avec plaisir toutes sortes d’univers, de la science-fiction avec Source Code ou Helix à la reconstitution historique avec Brooklyn ou Barkskins jusqu’au monde des zombies de Warm Bodies.

 

 

Elle maintient parallèlement à son parcours en cinéma, une pratique du dessin, de la peinture et de la lithographie. Membre de l’Atelier circulaire, elle participera à leur exposition de lithographie en 1995 ainsi qu’à plusieurs expositions collectives montées par les commissaires Jean Dumont et Hedwidge Asselin. En 1997, elle représente le Québec en peinture aux 3e Jeux de la Francophonie à Madagascar. La Biennale du dessin, de l’estampe et du papier du Québec à Alma la sélectionnera pour son édition de 2001. Elle présentera trois solos à Montréal, le premier à la galerie Bleue du Complexe du Canal Lachine (1991) ensuite à la Maison de la Culture Marie Uguay (1994), enfin à la défunte Galerie Observatoire 4 (2002). Depuis Cloutier poursuit son travail en peinture et dessin et a délaissé la lithographie.

 

 


          Following her Visual Arts studies at Concordia University, Suzanne Cloutier discovered her passion for scenic painting. Working at the theatre (Les Ubs, Le Grand Jeu de la Nuit), on television (La petite vie, Montréal Ville ouverte) at the Cirque du Soleil (Saltimbanque, Aïda opera) and on film sets (Agaguk, Map of the Human Heart) she will specialize in the 7th art. In the mid-90s, she became more and more interested in dressing the sets; First a decorator, then chief decorator and production designer, Cloutier has taken part in more than sixty films and videos from Quebec and abroad. In 1996, a decisive meeting, Anne Pritchard (J’en suis, Time Bomb, The Covenant, Trotsky), will become a mentor. She also became a regular collaborator with François Séguin (Brooklyn, Lucky Number Slevin, The Greatest Game Ever Played, Age of darkness). During those years, she happily explored all kinds of universes, from science fiction with Source Code or Helix to historical reenactments with Brooklyn or Barkskins to the zombie world of Warm Bodies.

 

          In parallel to her career in cinema, she maintains a practice of drawing, painting and lithography. A member of the Atelier Circulaire, she will participate in their lithography exhibition in 1995 as well as in several group exhibitions set up by curators Jean Dumont and Hedwidge Asselin. In 1997, she represented Quebec in painting at the 3rd Games of La Francophonie in Madagascar. The Biennale du dessin, de l’estampe et du papier du Québec à Alma will select her for its 2001 edition. She will present three solos in Montreal, the first at the Blue Gallery of the Complexe du Canal Lachine (1991) then at the Maison de Culture Marie Uguay (1994), and finally at the now-defunct Galerie Observatoire 4 (2002). Since then, Cloutier has continued her work in painting and drawing and has given up lithography.